Paroisse de Saint-Cloud
https://paroisse-saintcloud.fr/Y-aurait-il-un-cabri-dans-nos-eglises
      Y aurait-il un cabri dans nos églises ?

Y aurait-il un cabri dans nos églises ?

« Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant l’Europe ! L’Europe ! L’Europe ! … mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien »


Sans manquer de respect à la mémoire du Général, et sans oublier que son message allait au‐delà de la caricature de cette citation culte de 1965, il n’empêche que nos différents Etats en Europe ont su construire un ensemble, une communauté, des échanges qui ont transformé nos vies de citoyens et permis, notamment dans des pays plus pauvres, un véritable essor. Chacun pourra lister les défauts réels ou supposés de ces institutions. Il n’empêche que nous en vivons aujourd’hui et que nous vivons certainement mieux qu’il y a 70 ans.

À quelques jours des élections, j’entends quelque chose comme : « Voter ! Voter ! Voter,mais cela n’aboutit à rien et cela ne signifie rien ». Ce n’est pas vrai ! Et celui qui s’abstiendrait de voter, et de voter de façon intelligible, serait en contradiction avec ce qui fait la nature profonde de nos sociétés, dans la ligne de leur développement démocratique, que l’enseignement traditionnel de l’Église a beaucoup façonné.

Rappelons-nous la conférence de Mgr Jacques Perrier, il y a quelques semaines, sur les trois hommes de paix que furent Robert Schuman, Edmond Michelet et le père Franz Stock !

L’Église catholique, notamment par la voix des papes successifs et des épiscopats nationaux, s’est beaucoup engagée dans cette construction. Elle continue de le faire, au nom à la fois du passé (l’histoire chrétienne de l’Europe), au nom de la paix reconquise au XXème siècle, au nom de l’avenir, dans un monde auquel nous croyons avoir encore quelque chose à apporter.

Mais l’on soupçonne bien des catholiques de penser ou de dire subrepticement : « Les Papes, ils peuvent bien s’être agités sur leur trône en disant l’Europe ! L’Europe ! L’Europe ! Ce ne sont que bons sentiments sans analyse réelle des besoins et des dangers de notre temps ».

Ceux qui le voudront bien pourront retrouver la permanence et la cohérence de cet enseignement, selon l’expression reprise par Jean‐Paul II : « Construire la maison commune ».

Certes, ce scrutin a des aspects scandaleux. Quel sens, par exemple, donner à cette profusion de listes ? Mais les débats en cours ont un sens, je le confesse, pas toujours facile à saisir, et dessinent un avenir.

Que les saints patrons de l’Europe, Benoît le latin, patriarche des moines d’Occident, Cyrille et Méthode, les deux frères byzantins, apôtres des slaves, Brigitte, la reine des Suédois, Catherine, la petite dominicaine de Sienne, Edith Stein (Thérèse‐Bénédicte de la Croix), la jeune femme juive devenue carmélite et morte à Auschwitz parce que juive, que ces saints et saintes nous inspirent, nous protègent et intercèdent pour nous.

Courage, votons !

Père Guy Rondepierre

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Faire un don

Dans l'Eglise

Eglise catholique des Hauts-de-Seine

Radio Notre-Dame

KTO

Eglise de France

Logo Horaires

newsletter

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour