Paroisse de Saint-Cloud
https://paroisse-saintcloud.fr/Vivante-Esperance
      Vivante Espérance.

Vivante Espérance.

Saint Pierre, dans la deuxième lecture du jour, nous invite à être toujours prêts à « rendre raison de l’espérance qui est en nous »…


Toute cette semaine, à travers les Actes des Apôtres, nous avons vu la force de cette espérance, qui pousse même dans l’adversité à se relever pour témoigner de la Bonne Nouvelle. Mardi dernier, au chapitre quatorze des Actes, nous voyions saint Paul se relever après avoir été lapidé, et repartir dès le lendemain pour la mission… Pour rendre compte de la « petite fille espérance », selon les mots de Charles Péguy, cela suppose déjà de savoir quelle est cette espérance, et ce qu’est l’espérance…

Il y a un certain nombre d’images et de symboles pour parler d’espérance. Vous connaissez bien l’ancre, qui nous accroche au rocher, le Christ. Saint Augustin reprend l’image du bois de cèdre, « qui doit toujours habiter dans les cieux ». Plus mignon encore, saint Augustin parle aussi de l’oeuf, « qui n’est que la promesse d’un poussin. L’oeuf dont le germe est recouvert et voilé par la coque, représente convenablement l’espérance des biens futurs que l’on ne voit pas encore ».

L’espérance nous tourne vers les biens à venir. Elle est l’attente confiante de la réalisation des biens à venir. Ce n’est pas un simple espoir. On peut avoir l’espoir qu’il fasse beau demain, mais nous n’y pouvons rien. Nous avons l’espoir que le COVID-19 disparaisse, mais là encore, en dehors du respect des gestes barrières, nous n’y pouvons pas grand-chose. L’espérance, elle, à un caractère actif et dynamique. Cette espérance nous pousse à témoigner de la Bonne Nouvelle et à en rendre compte par une charité concrète. Saint Pierre, au début de la première lettre, parle d’une « vivante espérance » : « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a engendrés de nouveau par la Résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour une vivante espérance » (1 P 1,3).

Ainsi, la joie de la résurrection entraîne pour le croyant une dynamique nouvelle.

L’horizon de notre vie n’est plus la mort, mais bien la vie que Dieu veut nous donner.

C’est précisément cette promesse que Jésus nous fait dans l’évangile : « D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. » Il est beau de constater la joie des Apôtres, effet de cette « vivante espérance ».

« Que tes oeuvres, Seigneur, te rendent grâce et que tes fidèles te bénissent ! » chante le psalmiste aujourd’hui. L’espérance se joint à la louange dans la prière, qui est rendue persévérante dans l’espérance. Et aussi dur soit le chemin, nous savons que le Seigneur est présent, « tous les jours jusqu’à la fin du monde ».
Il ne faudrait pas oublier quelle est notre espérance. Christ est ressuscité. Il vit le Christ, et Il nous veut vivants. En ces temps où nous mesurons davantage les effets du confinement, il ne s’agirait pas d’oublier le fondement de notre espérance. Qu’elle soit ferme comme le roc.

Père Thibaud Labesse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.




- Diocèse de Nanterre

- Certificat de baptême

- Commission indépendante sur les abus sexuels dans l\'Eglise

- Fondation Ste Geneviève

- Radio Notre-Dame

- KTO

- Eglise de France

- Vatican News


newsletter

Lectures du jour

Saint(s) du jour