Paroisse de Saint-Cloud
https://paroisse-saintcloud.fr/Homelie-2eme-dimanche-de-Careme-17-mars-2019-Christian-Carol
      Homélie - 2ème dimanche de Carême - 17 mars 2019 - Christian Carol

Homélie - 2ème dimanche de Carême - 17 mars 2019 - Christian Carol


L’Église nous propose pendant le temps du Carême la lecture du récit de la Transfiguration. Si les autres pages d’Évangile ne sont lues le dimanche qu’une année sur trois, le récit de la transfiguration est lu, lui, chaque année. Cela montre son importance.

Méditons maintenant quelques versets de cet Évangile avant d’en tirer un enseignement.
En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier.
Les trois hommes que le Christ a choisis pour être les témoins de sa gloire sont ceux qui seront les témoins de sa faiblesse au jardin des Oliviers.
Dans un autre contexte, la Transfiguration serait une manifestation de puissance et d’éclat. Avec la passion qui approche, c’est tout autre chose. Celui dont le visage est aujourd’hui resplendissant comme le soleil sera demain un homme souffrant. Entre cette gloire et cette souffrance, il n’y a pas opposition, mais une profonde unité. Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante.
« Il gravit la montagne pour prier. » « Pendant qu’il priait. » Cette insistance sur la prière n’est pas anodine. C’est dans ce cœur à cœur entre le Père et le Fils que nait la transfiguration. C’est pendant qu’il priait que la gloire du Christ éclate, et qu’elle illumine ceux qui sont témoins de cet instant.
En leur montrant sa gloire qui est habituellement cachée, cette gloire qui vient du Père, le Christ voulait certes préparer ses disciples au scandale de la croix, mais il voulait surtout leur manifester sa splendeur pour qu’ils réalisent que sa Passion le conduira à la gloire de la Résurrection.
Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie, apparus dans la gloire.
Moïse, c’est l’homme de la loi. Elie, c’est le grand prophète. C’est l’ancienne alliance qui est réunie autour du Christ. Mais Moise, c’est aussi l’homme qui est descendu au royaume des morts tandis qu’Elie, lui, a été ravi au ciel. Avec Pierre, Jacques et Jean, le Christ révèle donc sa gloire à des hommes du ciel, du royaume des morts, et de la terre.
On peut dire aussi qu’en sa personne, le Christ contracte en quelque sorte le temps. C’est toute l’histoire des hommes, celle d’Israël (Moïse et Elie) et de l’Eglise (Pierre, Jacques et Jean) qui est présente, c’est aussi la fin des temps qui est évoquée. Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem.
Le Christ parle avec Moïse et Elie de son départ. Le terme de « départ » correspond littéralement au mot Exode. Il fait ainsi référence au récit de la sortie d’Égypte et du passage à travers la mer rouge. Jésus s’inscrit dans la continuité de l’histoire du salut mais avec une autre dimension car il va traverser la mort pour rentrer dans une gloire éternelle.
Il faut noter que c’est au moment où Jésus se prépare à sa Passion qu’il est transfiguré. Nous-mêmes, nous n’entrerons dans la joie de la Transfiguration que si, dans notre propre vie, nous acceptons la croix.
Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »
La vision de Jésus en gloire saisit Pierre. Cette magnifique vision ne dura sans doute que peu de temps mais elle fut la cause chez Pierre d’une joie si intense qu’il eut envie de la prolonger.
Mais il ne nous appartient pas de rester en haut de la montagne en oubliant nos frères. Nous ne bénéficierons de cette vision qu’à la fin des temps. Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le ! »
Comme au baptême du Christ, la voix du Père se fait entendre. La voix de celui dont nous ne verrons jamais le visage, parce qu’il n’aura jamais d’autre visage que celui de son Fils. Cette voix unique a retenti. Et avant de rentrer dans un silence divin, cette voix nous indique : " Écoutez-le "

Deux enseignements à tirer de cet évangile
Premièrement, la transfiguration du Christ nous montre la merveille que nous sommes aux yeux de Dieu.
Comme l’écrit St Paul dans la lettre aux Colossiens « Quand paraîtra le Christ qui est votre vie, alors, vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire. » Aujourd’hui, à la suite des 3 disciples, il nous est donné de nous réjouir en écoutant ce passage évangélique. A la fin des temps, notre joie sera de contempler le Christ et de l’écouter pour les siècles des siècles. Et la gloire du Christ rejaillira sur nous.
C’est dire l’importance que nous avons aux yeux du Père. C’est notre valeur qui nous est révélée dans ce passage : nous sommes ses enfants bien aimés, promis à la résurrection, promis à la gloire. En avons-nous conscience ? Est-ce que cela fonde notre solidité psychique ?
Deuxièmement, la Transfiguration nous apprend à regarder autrement notre frère. Comme la transfiguration nous permet de découvrir la gloire du Christ, la gloire qui vient du plus profond de son être, chacun de nous est invité à traverser les apparences pour découvrir la réalité intérieure de notre prochain. C’est vers le Christ qu’il nous faut nous tourner pour apprendre à déchiffrer, à contempler les visages de ceux dont nous croisons la route, à voir en eux des créatures divines.

Je conclurai par ces quelques phrases d’un prêtre orthodoxe, le père Antoine Bloom.
" Le Christ regardait toutes les personnes qu’il rencontrait et il voyait la beauté cachée en elles. C’était peut-être une beauté déformée, abîmée, mais il faisait en sorte que cette beauté rejaillisse. Chacun de nous est à l’image de Dieu, et chacun de nous est semblable à une icône endommagée. Si l’on nous donnait une icône endommagée par le temps ou profanée par la haine des hommes, nous la traiterions avec tendresse, avec révérence, le cœur brisé. C’est ce que nous devons apprendre à faire envers les autres."
Pensons à l’attitude du Christ envers le jeune homme riche : « Jésus le regarda et l’aima ».

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



- Diocèse de Nanterre

- Certificat de baptême

- Commission indépendante sur les abus sexuels dans l\'Eglise

- Fondation Ste Geneviève

- Radio Notre-Dame

- KTO

- Eglise de France


newsletter

Lectures du jour

Saint(s) du jour