Paroisse de Saint-Cloud
https://paroisse-saintcloud.fr/Homelie-13eme-dimanche-Temps-Ordinaire-annee-B-27-juin-2021-Christian-Carol
      Homélie - 13ème dimanche Temps Ordinaire - année B - 27 juin 2021 - Christian (...)

Homélie - 13ème dimanche Temps Ordinaire - année B - 27 juin 2021 - Christian Carol


Je me souviens, quand j’étais adolescent, m’être fait huer quand j’allais aux séances de l’aumônerie. Je me souviens aussi de m’être fait agresser verbalement par un directeur, à la banque où je travaille, car il trouvait que le pins de diacre que je portais au revers de mon costume était ostentatoire.

Pourquoi est-ce que je vous livre ces souvenirs ? C’est parce que croire au Christ amène toujours à nous exposer, à prendre des risques, à être en butte à l’incompréhension. C’est justement ce qui est arrivé à Jaire et à cette femme.

Commençons par la guérison de la femme. L’évangéliste Marc, pour mieux mettre en valeur la guérison opérée par le Christ, signale que cette femme a suivi en vain de nombreux traitements. Cette femme vint par derrière dans la foule et toucha son vêtement. Le comportement de cette femme s’explique par la loi juive. Selon cette loi, en effet, cette femme, du fait de ses pertes de sang, se trouve en état d’impureté. Tout contact avec elle est rigoureusement interdit (Cf. Lv 15, 19-27). Dans le livre du Lévitique, il est ainsi écrit : Lorsqu’une femme aura un écoulement de sang pendant plusieurs jours, elle sera impure tant que durera cet écoulement. Nous comprenons donc qu’il semble plus sage que cette femme vienne par derrière pour ne pas se faire rabrouer par le Christ - ou par d’autres personnes car le fait de les toucher les rend impurs.
Cette femme est pleine de foi, « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. » Dans l’ancien Orient, le vêtement est le symbole de la personne. Toucher le vêtement de quelqu’un, c’est l’atteindre lui-même. D’où le geste de cette femme, finalement très audacieux dans le contexte de l’époque.
À l’instant, l’hémorragie s’arrêta, et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal. Sans que le Christ fasse quoi que ce soit, cette femme est tout de suite guérie. Il y avait foule ce jour-là autour du Christ. Plusieurs personnes ont dû toucher le Christ, comme l’ont noté les disciples, mais une seule personne a été guérie, cette femme. Aussitôt Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui. Il se retourna dans la foule, et il demandait : « Qui a touché mes vêtements ? » Ses disciples se moquent de lui. Il y a une telle foule autour du Christ. Il est normal que quelqu’un ait touché son vêtement. Mais ce que veut le Christ, c’est rencontrer cette femme. Alors la femme, saisie de crainte et toute tremblante, elle est considérée comme impure sachant ce qui lui était arrivé, elle doit être impressionnée par cette guérison miraculeuse, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. Elle devait s’attendre à être réprimandée car en touchant le vêtement du Christ, elle l’avait rendu lui-même impur.
Mais le Christ lui annonce : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. » Le Christ reconnait sa foi et lui annonce que c’est sa foi qui l’a sauvée. Et la foi de cette femme est magnifique puisqu’elle a réussi à obtenir du Christ un miracle involontaire. Cette femme a osé, cette femme s’est risquée. Et cette femme a été libérée d’un double mal par le Christ : d’une part une maladie incurable et d’autre part la quasi exclusion sociale de cette femme, qui était « hors la loi » de la société patriarcale de ce temps.

Passons à la guérison de la jeune fille. Là, c’est un père qui entre en action, un père qui pose un acte fort d’humilité : il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma fille, encore si jeune, est à la dernière extrémité » puis il pose un acte de foi : « viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. » Encore un cas désespéré, d’autant plus que l’on apprend par la suite que la fille vient de mourir, ce qui amène certaines personnes venant de sa maison à affirmer qu’il ne sert à rien de déranger le maître. Jaire aurait pu s’effrondrer. Mais Jésus lui demande un acte de foi. Jésus dit au chef de synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. »
Il ne laissa personne l’accompagner, sauf Pierre, Jacques, et Jean, le frère de Jacques. Ces trois hommes sont ceux qui sont là aux grands moments de la vie du Christ, comme lors de sa Transfiguration ou à Gethsémani. C’est une manière pour l’évangéliste Marc de nous prévenir que le moment qui va suivre est très important. Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher. Lève-toi ! Littéralement, cela signifie : réveille-toi. Ce verbe est celui qui sera utilisé pour dire la résurrection de Jésus. Le Christ a bien ramené à la vie cette jeune fille. Il l’a ressuscité.

Concluons
Le Christ, lors des guérisons, ne dit jamais : « je t’ai sauvé(e) ». Il préfère dire : « ta foi t’a sauvé(e) ». Pourtant, il est le Sauveur, l’unique Sauveur. C’est bien lui qui est à l’origine des deux guérisons. Mais par ce raccourci de langage, il veut nous dire : ma puissance ne peut agir que dans la mesure où tu m’accueuilles. Si tu fermes la porte de ton coeur, je ne peux entrer car je ne peux l’ouvrir de force. N’ayons pas peur de toucher le Christ malgré nos impuretés. Osons nous adresser à Lui, pour demander une guérison, pour nous-même (comme cette femme), ou pour un de nos proches (comme le père de cette jeune fille). Amen.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.





- Diocèse de Nanterre

- Certificat de baptême

- Commission indépendante sur les abus sexuels dans l\'Eglise

- Fondation Ste Geneviève

- Radio Notre-Dame

- KTO

- Eglise de France

- Vatican News


Lectures du jour

Saint(s) du jour