Paroisse de Saint-Cloud
https://paroisse-saintcloud.fr/Dans-l-Esperance-de-Noel
      Dans l’Espérance de Noël

Dans l’Espérance de Noël

Revenons sur la première lecture de ce dimanche.


Revenons sur la première lecture de ce dimanche. Nous sommes à Jérusalem, dans le royaume du Sud, royaume de Juda (Israël étant divisé depuis près de 250 ans) et, dans un contexte bien troublé, Isaïe rencontre le roi Acaz. Lorsqu’Isaïe annonce la venue du Messie, Acaz n’a que faire d’une espérance lointaine. Le royaume de Damas et le royaume du Nord ont formé une coalition pour le déposer ; et plus dangereux encore, l’empire assyrien est aux portes du royaume, prêt à tout détruire sur son passage. Il préfère alors acheter la protection de l’Assyrie, quitte à accepter la présence d’idoles et de symboles religieux assyriens dans le temple de Jérusalem.
C’est précisément cette attitude, ce manque de confiance dans le Seigneur, cette dualité de cœur, qui conduira à la ruine de Jérusalem.

Sommes-nous dans un contexte si éloigné ? Certes, l’empire assyrien n’est pas à notre porte, et nous ne risquons pas notre vie à Saint-Cloud, mais il y a des puissances plus pernicieuses. À l’approche de Noël, toutes les publicités et vitrines attisent notre soif de toujours plus, avec mille petites lumières et, pourtant, le manque de l’eau vive et de la véritable lumière se fait plus que jamais ressentir. Dans le contexte de grève et de fatigue de ces derniers jours, nous aurions tendance à vouloir vivre une jolie parenthèse de quelques jours pour nous faire oublier le quotidien.

On vient nous annoncer la venue d’un sauveur, le Messie, le Christ Jésus. Mais est-ce bien sérieux de fêter Noël ? Est-ce là ce qui va faire changer les choses ? Noël, finalement, n’est-elle pas là une jolie petite histoire, une jolie parenthèse avant de retomber dans un quotidien désenchanté ?

Quelle est notre véritable espérance ? Quelle est notre joie profonde ? Qu’est-ce qui donne sens à toute notre vie ? Le choix d’Acaz a apporté un répit, mais a finalement conduit à la ruine de Jérusalem. Ne vivons pas Noël comme un répit avant la tempête. Une oraison du missel dit : « Sans toi, Seigneur, notre vie tombe en ruine ». À l’approche de Noël, puissions-nous mettre notre espérance et notre joie dans la fragilité de l’Enfant Jésus. Lui seul peut nous sauver, donner du sens à toute notre vie, et nous tourner vers une joie qui demeure. Il est venu il y a près de deux mille ans, et Il veut aujourd’hui encore demeurer en nous et dans notre monde. Seulement, Lui laisserons-nous un peu de place ?

Joyeux Noël à tous !

Père Thibaud Labesse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



- Diocèse de Nanterre

- Certificat de baptême

- Commission indépendante sur les abus sexuels dans l\'Eglise

- Fondation Ste Geneviève

- Radio Notre-Dame

- KTO

- Eglise de France

- Vatican News


newsletter

Lectures du jour

Saint(s) du jour