Paroisse de Saint-Cloud
https://paroisse-saintcloud.fr/Christ-Roi-de-l-Univers
      Christ, Roi de l’Univers !

Christ, Roi de l’Univers !

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 22 novembre 2020
  • réagir
  • 0 vote

D’après une équipe d’historiens et de scientifiques, la « pire année de l’histoire de
l’humanité » est l’année…


D’après une équipe d’historiens et de scientifiques, la « pire année de l’histoire de l’humanité » est l’année… l’année 536. On aurait pu penser à 1346, avec la peste noire, et au siècle dernier, ce ne sont pas non plus les dates qui manquent : entre la grippe espagnole, les deux guerres mondiales, etc. Pourquoi l’année 536 ? Une catastrophe climatique fut à l’origine d’une chute des températures et eut pour conséquence famine, peste, etc. Auxquelles s’ajoutèrent les invasions barbares. Bref, il ne faisait pas tellement bon vivre à cette époque. De quoi peut-être nous faire relativiser un peu…

Cela dit, 2020 fait un score honorable en terme de « pire année », et doit figurer assez haut dans le classement !

Plus sérieusement, aujourd’hui s’achève l’année liturgique avec la Solennité du Christ Roi de l’Univers. Cette fête nous tourne vers les fins dernières et nous donne une belle espérance. La première lecture et le psaume nous rappellent que le Seigneur veille sur nous :« Voici que moi-même, je m’occuperai de mes brebis et je veillerai sur elles. Comme un berger veille sur les brebis de son troupeau quand elles sont dispersées, ainsi je veillerai sur mes brebis. » (Ez 34, 11) ; « Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien. Sur des prés d’herbe fraiche, il me fait reposer » (Ps 22). La deuxième lecture nous rappelle que le Christ est ressuscité, et que « dans le Christ, tous recevront la vie ». C’est là que nous trouvons notre vocation, ce pourquoi nous sommes faits, car « la gloire de Dieu c’est l’homme vivant » (Saint Irénée de Lyon). Nous sommes faits pour chanter les louanges de Dieu, et c’est pour cela que Jésus nous dit dans l’Évangile : « Venez, les bénis de mon Père ».

Alors oui, nous sommes faits pour le Royaume de Dieu, mais ce n’est pas sans combat, sans épreuves, qu’Il grandit et s’affermit en nous. La première lecture parle de dispersion des brebis, de nuages et de sombres nuées, ainsi que de blessures et de maladies. Le psaume évoque les « ravins de la mort », de même que la deuxième lecture rappelle que « la mort est venue par un homme ». Dans les temps troublés que nous vivons, entre le virus, les difficultés économiques, la privation de nos libertés à commencer par la célébration de l’Eucharistie, etc. Face à cela, l’évangile nous place face à deux possibilités : être bouc ou être brebis. Et c’est vrai que si on va voir sur Google, les brebis ont en moyenne l’air plus sympas !

Qui dit nouvelle année liturgique, dit espérance nouvelle ! Pour cela, cultivons la « brebis attitude », à savoir être animé d’une espérance, être témoin émerveillé de la lumière du Christ, être veilleur en faisant preuve d’une charité concrète. Ainsi, gardons simplement notre regard fixé vers le Christ, car « la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. » (Jn 17,3)

Père Thibaud Labesse

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.





- Diocèse de Nanterre

- Certificat de baptême

- Commission indépendante sur les abus sexuels dans l\'Eglise

- Fondation Ste Geneviève

- Radio Notre-Dame

- KTO

- Eglise de France

- Vatican News


newsletter

Lectures du jour

Saint(s) du jour