Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/les-40-Ans

les 40 Ans

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 15 février 2013
  • réagir
  • 1 vote

Stella-Matutina 1965-2005… et après.


Voilà donc 40 ans que cette église s’élève dans le quartier de Montretout. Il allait de soi que l’anniversaire ne pouvait passer inaperçu : il fut donc décidé de le fêter dans la joie et dans l’action de grâce. Un tract donne toutes les indications quant aux différentes manifestations qui auront lieu à cette occasion (cf. bulletin d’inscription au verso). Je ne peux qu’espérer une participation nombreuse qui ne soit pas limitée aux « habitués ».

Pourtant, il s’agit d’éviter de se cantonner à une commémoration qui nous tournerait vers le passé. Le projet des concepteurs de la fin des années 1950 est toujours d’actualité et il est toujours à mettre en œuvre : que ce lieu d’Église soit un signe et une invitation pour les Clodoaldiens.

Ce qui se passe à l’intérieur des murs est vécu « pour la gloire de Dieu et le salut du monde ». Les baptisés qui viennent y célébrer le Mystère de leur foi savent qu’ils sont, par la grâce même du sacrement, prêtres, prophètes et rois. Les membres de la communauté chrétienne se tournent avec confiance vers Celui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie et, par eux, tous ceux dont ils sont solidaires dans la vie quotidienne sont portés spirituellement devant leur Créateur et Sauveur : ils sont prêtres. Les membres de l’assemblée liturgique ont pour première mission d’annoncer à leurs frères l’Évangile qu’ils ont reçu à l’autel, à travers leur manière de vivre avec eux, en étant au service de l’homme et du respect dû à chacun : ils sont prophètes et rois.

Pour l’Église, ce qui est premier c’est bien la construction dont nous sommes les pierres vivantes. Mais, depuis toujours, les chrétiens ont voulu que leurs églises soient des livres de catéchèse et de prière, qu’elles expriment leur identité. Ils ont voulu qu’à travers la beauté « simple et noble », comme le dit Vatican II, les lieux de culte soient pour tous les hommes de bonne volonté des espaces où la spiritualité soit honorée, où l’éternité soit entrevue.

Je souhaite donc qu’à l’occasion de cet anniversaire, notre communauté s’interroge, de nouveau, sur la manière dont nous pouvons ensemble mieux atteindre ces objectifs.

Des travaux en ce sens sont à entreprendre dans nos cœurs, dans nos esprits. Il en est aussi à entreprendre dans les locaux quarantenaires afin que leurs vocations d’accueil et de célébration soient mieux atteintes à l’avenir.

Continuons d’être des bâtisseurs de l’Église et de l’église.

STELLA MATUTINA 1965-2005… UN ÉLAN NOUVEAU

Il a fallu beaucoup d’énergie à tous ceux et celles qui ont permis l’aboutissement du projet de la « construction d’une église dans le quartier de Montretout ».
Dès le milieu des années 1950 les habitants de cette zone alors en pleine transformation, attiraient l’attention du clergé sur l’opportunité d’oser l’entreprise. Une association, l’ADADEM (Association des Amis de l’Église de Montretout) fut créee en 1960 (elle s’est dissoute, son travail terminé en 1974) ; son président fut monsieur Jacques Suet. Le Maire, monsieur Francis Chaveton, et la Municipalité qui a favorisé l’effort de la Paroisse en accordant pour le terrain un bail emphythéotique de 99 ans (l’emphythéose est un droit réel de jouissance sur le bien d’autrui pour une longue durée). Les habitants de Saint-Cloud financèrent par des dons volontaires les quelques 1 750 000 francs nécessaires.
Le chanoine Henri Collin et les prêtres, spécialement le Père Pierre Aubry, s’attachèrent à faire aboutir cette belle aventure.
Les architectes Alain Bourbonnais et Thierry Bouts, choisis au terme d’un concours, conçurent le bâtiment et firent en sorte que les plans deviennent réalité : ils s’assurèrent la collaboration de professionnels réputés dans leurs domaines. Parmi elles, on peut nommer l’entreprise de maçonnerie Cartigny, toujours présente à Saint-Cloud.

Depuis, sous le regard aimant de la Vierge Marie à qui ce sanctuaire est dédié, que de célébrations se sont déroulées sous l’audacieuse charpente, que de réunions se sont tenues dans les salles situées sous le parvis ! Cette église visible de tous fait désormais partie de notre paysage et elle est régulièrement citée dans les ouvrages traitant de l’architecture religieuse du 20ème siècle. Voilà de quoi être fiers !
C’est pourquoi, nous devons être reconnaissants à tous les artisans de Stella Matutina : j’évoque ceux, laïcs et prêtres, qui ont édifié les murs et ceux qui en ont fait et qui en font les quarante ans d’histoire, ceux que nous fêtons en ce dimanche.

Nous savons que pour la bible, le chiffre quarante est celui de l’attente, de la préparation : 40 jours et 40 nuits du déluge, 40 jours et 40 nuits passées par Moïse sur le Sinaï dans l’attente des Tables de la Loi, 40 ans de la traversée du désert par le peuple d’Israël, 40 jours de Jésus dans le désert avant le début de son ministère public, 40 jours des apparitions du Ressuscité avant l’Ascension.

Au bout de ces 40 années, que faire de l’équipement que nous avons reçu en héritage avec cette église et ses nombreux locaux annexes ?
En effet, le bâtiment vieillit et en certains endroits, il vieillit mal… Qu’il s’agisse de la toiture, du parvis, des huisseries, de l’électricité, de la sécurité, beaucoup est à reprendre.
Les salles qui se trouvent sur le parvis ont besoin d’être rafraîchies, mises au normes de sécurité et au niveau de confort actuel, le projet de pose de cloisons mobiles prévues à l’origine et jamais réalisé vaut la peine d’aboutir.
La porte principale de l’église est à refaire ; l’éclairage intérieur est à penser : il n’est pas acceptable que l’autel ne reçoive de lumière ni des verrières ni de l’électricité…

De nouveau, nous allons avoir besoin du concours de toutes les forces disponibles, de toutes les bonnes volontés, pour mettre au point le projet des travaux, son calendrier et son financement.
Que l’élan des origines nous anime !

UNE APPELLATION CHRÉTIENNE

Nous avons l’habitude des diminutifs… Pourtant, appeler l’église de Montretout « Stella » est pour le moins… réducteur : il ne s’agit pas d’un sanctuaire dédié à une divinité de la nature, d’un sanctuaire dédié à une étoile… Cela fut très clairement explicité au moment de la dédicace de Stella Matutina par le chanoine Collin, alors curé de Saint-Cloud : elle fut placée sous l’un des vocables de la Vierge Marie.
Au point de départ, Étoile du Matin désigne le Christ. Voici un commentaire du pape Pie XII sur ce point :
Nous avons besoin de deux phares et de deux étoiles dans notre obscur cheminement d’ici-bas : de l’étoile divine qu’est Notre Seigneur Jésus Christ (Ap 23, 16), et de l’étoile qu’est Marie Stella maris. Splendide étoile du matin, ce Jésus qui dans les ténèbres de ses suprêmes douleurs a fait de la croix du Golgotha le phare du salut des hommes, illuminant tout autre phare et étendant ses rayons au-delà même des confins de la terre. Au pied de la croix resplendit l’étoile qu’est Marie, Mère du crucifié et notre Mère, phare de miséricorde, notre vie, notre douceur et notre espérance.
Pie XII, 21 avril 1940

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.