Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/Une-bonne-annee-pour-la-France
      Une bonne année pour la France ?

Une bonne année pour la France ?

Au moment où nous formulons des voeux les uns pour les autres, nous savons qu’il faudrait en formuler bien davantage pour notre pays et pour le monde, mais que les énoncer est fort difficile.


Nous pouvons déjà souhaiter que les échéances électorales de cette année soient bien vécues. Elles sont importantes, comme l’étaient celles des années précédentes, en gardant quand même à l’esprit que nos querelles hexagonales paraissent souvent bien mesquines par rapport aux enjeux du monde.

Les évêques de France, dans une déclaration récente (1), appellent à retrouver le sens du politique, à redécouvrir la politique comme un lieu essentiel de l’exercice de la parole. On pourra lire leur réflexion sur la crise de la parole trop souvent pervertie, utilisée, disqualifiée, qui fait aussi que la violence n’est pas loin, et que de là naît le sentiment d’insécurité que nous vivons.

La politique est appelée à gérer des équilibres provisoires entre intérêts différents. Il faut accepter, écrivent‐ils, que le compromis (un mot à réhabiliter) soit souvent le chemin qui construira quelque chose où personne n’aura à se renier. Et, s’il faut parfois donner un témoignage de fermeté, qu’il ne devienne jamais raideur ou blocage.
Les Français sont particulièrement alarmés par les injustices croissantes qui minent notre société : la pauvreté, le chômage, la maladie, les écarts entre les salaires, qui font que beaucoup d’hommes ou de femmes se sentent mis à l’écart de ce qu’on appelle le contrat social, qui est en fait la capacité à vivre ensemble.

Repenser le contrat social, gérer la diversité dans notre société, redéfinir le fait d’être citoyen français serait parmi les enjeux majeurs des années à venir. Ces questions ne trouveront réponse que dans un débat national, mais nos évêques rappellent que le christianisme peut apporter son expérience, celle de sa sensibilité à la fragilité des personnes et des groupes et celle de l’accueil et de l’intégration de la diversité dans l’Eglise. La Déclaration évoque aussi bien sûr, les questions liées à l’éducation, à la laïcité, à l’Europe.

Dans leur conclusion, ils constatent qu’il y a de la tristesse dans notre pays, alors qu’il y a tant de richesses d’actions et d’initiatives, souvent cachées, que beaucoup pourraient nous envier. Pourquoi sans cesse nous désoler ? Chacun à son niveau, est responsable de la vie et de l’avenir de notre société. Cela demandera toujours courage et audace, des qualités qui n’ont jamais déserté le coeur de notre pays.

Serait‐ce aussi cela l’espérance ?

Père Guy Rondepierre

(1) Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique par le conseil permanent
des évêques de France (livret disponible au secrétariat paroissial)

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Horaires

Logo Faire un don