Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/Pelerine-a-Argenteuil
      Pélerine à Argenteuil

Pélerine à Argenteuil

Honnêtement, je n’avais vraiment pas l’intention d’aller vénérer la Sainte Tunique du Christ exposée à la basilique d’Argenteuil.


Vous connaissez comme moi les objections et les réticences qui peuvent nous habiter…Passons. Dans les mêmes 48 heures, trois amies de confiance me disent :
« Il faut absolument que tu y ailles ». J’en parle avec notre curé, il me dit « Allez‐y ».
Ce vendredi, un peu avant 15 heures me voilà partie le cœur ouvert vers cette banlieue inconnue…
Les trois quarts d’heure de queue pour entrer n’ont pas été de trop pour me préparer à ce passage, au milieu d’une foule nombreuse et bigarrée, le peuple de Dieu en somme, munie du petit livret du pèlerin, vendu 1€ dans la file d’attente (tout me fait signe). Le chemin est bien balisé, par des frères bénévoles et accueillants au service de cet évènement.
J’avais dans le cœur, depuis le début du carême, l’homélie d’un diacre, dans la Manche, sur l’évangile du Bon Samaritain (Lc 10,29‐37) : « Et si le blessé à terre, c’était moi ? Et si le bon samaritain, c’était Jésus ? Et si l’auberge, c’était l’Église ? Et si les soins prodigués étaient l’eau et le sang du Christ ?
Un autre passage m’habite aussi depuis longtemps : celui où cette femme cherche dans la foule à toucher la frange du manteau du Christ pour être guérie. Le Christ demande : « Qui est celui qui m’a touché ? » (Lc 8,45)
Au passage de la porte, une Icône du Christ en majesté nous accueille, un énorme bénitier, dans lequel on aimerait se plonger tout entier. Une explication sur la tunique sans couture, tissée tout d’une pièce de haut en bas : nul ne peut séparer son humanité de sa divinité, ni séparer l’Église de sa tête. Un rappel de quelques Paroles : « Et si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvé » (Mc 5,28). Jésus, tu es mon Sauveur.
« Quelqu’un m’a touché, j’ai bien senti qu’une force était sortie de moi ». (Lc 8,46).
Le passage devant la tunique : c’est la foule des grands sanctuaires, les bougies, les
photos… On est invité à passer sans s’attarder. Le chemin vous emmène directement vers la confession, si redoutée ou difficile parfois. L’invitation se fait pressante, la réponse coule de source. Le Seigneur miséricordieux est là et il m’attend.
J’ai vécu un véritable pèlerinage dans toutes ses composantes. Le Seigneur s’abaisse et nous prend par‐dessous, comme le Samaritain, il nous relève. Nos blessures sont parfois douloureuses et longues à cicatriser. C’est normal, laissons‐nous panser par le Christ, il nous met debout, joyeux et dans la paix. Je ne parlerai pas de conversion mais plutôt d’une véritable renaissance dans le Christ Sauveur qui nous envoie.
Il y a bien d’autres signes que je n’ai pas vus, mais qui ont touché d’autres pèlerins.
La sainte Église, notre mère, par l’intermédiaire du Pape, des Évêques, des Prêtres et (…) de nos Frères, nous lance des invitations. Pourquoi ne pas y répondre ? C’est bientôt le temps de Pentecôte, le temps de l’Esprit qui vient nous visiter, puissions‐nous garder un cœur ouvert à l’inattendu de Dieu.
Ne désespérons pas, il m’aura fallu passer trois portes avant d’être touchée. Dieu est
grand. TOUT EST GRÂCE.

L.A.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Horaires

Logo Faire un don