Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/Luther-500-ans-apres
      Luther, 500 ans après

Luther, 500 ans après

C’est le 31 octobre 1517, veille de Toussaint, que le moine Martin Luther afficha à la porte de la chapelle du château de Wittenberg ses fameuses 95 thèses, dont l’objet principal était de critiquer la pratique romaine des indulgences.


Cette date est symboliquement considérée comme le début de la Réforme et ce sont toutes les Eglises chrétiennes qui sont donc engagées dans la mémoire de cet événement.

La commémoration n’aura bien sûr pas la même tonalité selon les Eglises, les catholiques restant davantage marqués par les souffrances provoquées par ces événements. Nous ne pouvons pas nous réjouir d’une rupture mais nous pouvons tenter de guérir la mémoire et travailler à l’unité des chrétiens, ce que nous appelons l’œcuménisme.

Il est vrai que l’histoire, y compris dans ses violences, a fait que les protestants sont moins nombreux en France qu’en d’autres pays d’Europe. A cause de cela, la question œcuménique pourrait nous paraître moins urgente. En même temps nous assistons aujourd’hui à une multiplication d’autres groupes religieux, les uns chrétiens (par exemple les groupes évangéliques ou pentecôtistes), d’autres qui mêlent inspiration chrétienne et multiples courants ésotériques ou orientalistes. Notre monde contemporain n’aime pas l’autorité ni l’uniformité et se fragmente en conséquence. Le témoignage que nos Eglises dites historiques ont à donner n’est‐il pas, alors, que l’unité n’est pas uniformité et qu’il y a de la place dans notre unique et sainte Eglise à la diversité, spirituelle, théologique et même éthique.

L’Eglise catholique se définit volontiers comme rassemblement sous les mêmes pasteurs et dans l’unité de la foi du peuple de Dieu. Les Eglises orientales et les communautés protestantes ont une autre approche de la réalité de l’Eglise. Chacune pense alors l’Unité à partir de sa propre perception de l’Église. C’est là l’écueil le plus difficile qui peut faire penser que l’Unité effective est mission impossible.

Nos Eglises s’accordent pour dire que l’œcuménisme est d’abord un chemin, un chemin qui, comme le dit notre pape, demande « de patientes attentes, de la ténacité, du travail et de l’engagement, et peut même exposer au risque de nouvelles incompréhensions ». Un chemin balisé par la prière commune, la recherche historique et théologique, le service du monde et le témoignage du Christ Sauveur.

En cet anniversaire il faudrait dire les lumières et les ombres de l’homme, du prêtre et du théologien Martin Luther et ses évolutions au cours de sa vie. Les luthériens eux mêmes le savent et le disent. Il reste que son chemin spirituel et sa prédication continuent à permettre aujourd’hui encore à des chrétiens à vivre du Christ. En provoquant le débat sur le Salut, sur la Liberté chrétienne, sur la place des Ecritures, et même sur la papauté, il aura contribué à permettre à l’Eglise de Rome elle‐même de progresser dans ses propres définitions.
Père Guy Rondepierre

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Horaires

Logo Faire un don