Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/La-vie-de-Saint-Cloud

La vie de Saint Cloud

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 15 février 2013
  • réagir

Saint Clodoald
(522-560)
Clodoaldus (Clodoald) est le troisième et dernier fils de Clodomir et petit-fils de Clovis, premier roi des Francs, dont le nom s’est abrégé en Cloud. Dans la langue franque, cela signifie "illustre et redoutable".


Enfance de Clodoald

En mourant, Clovis (481-511) le roi des Francs, laisse trois fils : Clodomir, roi d’Orléans, Childebert, roi de Paris et Clotaire, roi de Soissons. Lorsque meurt Clodomir (524), ses trois garçons sont confiés à leur grand-mère, sainte Clotilde qui résidait au palais des Thermes à Paris : les deux aînés, Théobald et Gonthier, avaient alors dix et sept ans, le dernier, Clodoald, n’en avait que cinq. Leurs oncles firent demander à Clotilde : "Les préfères-tu tondus ou morts ?" .
À cette époque, avoir les cheveux longs étaient le privilège des princes mérovingiens ; autrement dit la proposition consistait à les faire renoncer au trône de leur père ou à les tuer ! Clotilde ayant refusé le renoncement, les oncles décidèrent de faire assassiner les enfants pour se partager leur héritage.
L’évêque et historien saint Grégoire de Tours (538-594) écrit :

"Clodoald avait échappé grâce à l’intervention de quelques hommes courageux qui allèrent cacher l’enfant dans un monastère (peut-être en Provence ou près de Tours ?)."

Clodoald renonce au pouvoir et se coupe les cheveux

La reine Clotilde quitta définitivement Paris pour terminer ses jours à Tours, près du tombeau de saint Martin (316-397). Quant à Clodoald, "Méprisant un royaume terrestre, se consacra au Seigneur, se coupa les cheveux de sa propre main et fut fait clerc, il s’appliqua aux bonnes œuvres ." Il renonça donc lui-même au pouvoir malgré les sollicitations de partisans zélés ; il choisit de s’engager sur la voie du pardon.
Pour échapper aux sollicitations de la foule des Parisiens, Clodoald s’était retiré au monastère de Ginouillac, près de Rocamadour (dans le Lot), de là il partit pour Agaunum (aujourd’hui Saint-Maurice, dans le canton suisse du Valais).
Bien que tous ignoraient sa naissance princière, il avait gagné l’estime et la vénération de tous.
Dieu lui avait accordé le don des miracles. Ainsi plusieurs auteurs rapportent le fait suivant : un pauvre vint demander l’aumône au saint. Le moine ne possédait rien, mais il ne voulut pas laisser le mendiant partir sans rien. Clodoald lui donna sa "cuculle" (son capuchon de moine). Le soir, ce miséreux trouva l’hospitalité d’une chaumière. La nuit, le vêtement rayonna d’une clarté surnaturelle qui illumina toute la maison.
L’événement fut connu et l’on accourut pour implorer l’intercession de Clodoald. Sa renommée se répandit jusqu’à Paris dont les habitants le supplièrent de revenir chez eux.

Retour à Paris et ordination

Il revint à Paris et se plaça sous la conduite spirituelle de l’ermite saint Séverin. Le bruit de sa sainteté se répandit, au point que, malgré les réticences de Clodoald l’évêque de Paris, Eusèbe, l’ordonna prêtre en 550.
Ses oncles, assurés qu’il ne représentait plus de danger pour leur pouvoir, lui donnèrent de grands biens qu’il distribua aux pauvres.

Fondation de Saint-Cloud

Il reçut également les terres de Nogent, village des bords de la Seine, peuplé de pêcheurs et de vignerons ; il s’y retira avec quelques compagnons. Il fonda une communauté de prêtres qui deviendra plus tard un "moustier", un monastère.
Selon l’habitude, les moines contribuèrent grandement au développement des populations locales : fondation d’exploitations agricoles, d’écoles, d’hôpitaux... Ils permirent aussi à ceux qui étaient éloignés des villes d’avoir accès à une église et à des prêtres.

Mort de Saint Clodoald et pèlerinage

Saint Cloud mourut le 7 septembre 560 âgé de 38 ans. Les moines l’inhumèrent dans la crypte de l’église qu’il avait bâtie en l’honneur de Saint Martin de Tours.
On plaça son corps dans un cercueil de pierre élevé d’une vingtaine de centimètres au-dessus du sol. Sur une dalle de pierre sombre fut gravée l’inscription suivante :

Clodoald, descendant de l’illustre race de nos rois.
Honore ce tombeau de ses chastes ossements.
N’ayant pu conserver le sceptre d’un royaume périssable,
il bâtit au vrai Dieu ce temple vénérable
dont il donna le titre et la possession à l’Eglise mère
pour qu’il dépendît du pontife de la cité parisienne.

A l’approche des invasions normandes en 855, ses reliques furent mises en sécurité à la cathédrale de Paris. Ce tombeau fut profané pendant les guerres de Religions, puis pendant la Révolution.

Il a légué ses terres de Nogent à l’Évêque de Paris (il ne portera le titre d’Archevêque qu’en 1622) qui, par décision de Louis XIV (10 novembre 1674), porta le titre de "pair de France et duc de Saint-Cloud".
Très tôt, les foules vinrent prier sur son tombeau et, deux siècles après sa mort, la ville prit le nom de Saint-Cloud.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.