Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/La-misericorde-pour-tous
      La miséricorde pour tous

La miséricorde pour tous

Que de tort est fait à Dieu et à sa grâce lorsqu’on affirme avant tout que les péchés sont punis par son jugement, sans mettre en avant au contraire qu’ils sont pardonnés par sa miséricorde ! Oui, c’est vraiment ainsi.


Nous devons faire passer la miséricorde avant le jugement, et dans tous les cas le jugement de Dieu sera toujours à la lumière de sa miséricorde. Traverser la Porte Sainte nous fait donc nous sentir participants de ce mystère d’amour, de tendresse. Abandonnons toute forme de peur et de crainte, parce que cela ne sied pas à celui qui est aimé ; vivons plutôt la joie de la rencontre avec la grâce qui transforme tout.

Aujourd’hui, ici à Rome et dans tous les diocèses du monde, en franchissant la Porte Sainte, nous voulons aussi rappeler une autre porte que, il y a cinquante ans, les Pères du Concile Vatican II ont ouverte vers le monde. Cette échéance ne peut pas être rappelée seulement pour la richesse des documents produits, qui jusqu’à nos jours permettent de vérifier le grand progrès accompli dans la foi.
Mais, en premier lieu, le Concile a été une rencontre. Une véritable rencontre entre l’Église et les hommes de notre temps. Une rencontre marquée par la force de l’Esprit qui poussait son Église à sortir des obstacles qui pendant de nombreuses années l’avaient refermée sur elle‐même, pour reprendre avec enthousiasme le chemin missionnaire. C’était la reprise d’un parcours pour aller à la rencontre de tout homme là où il vit : dans sa ville, dans sa maison, sur son lieu de travail…
Partout où il y a une personne, l’Église est appelée à la rejoindre pour lui apporter la joie de l’Évangile et pour apporter la miséricorde et le pardon de Dieu. Une poussée missionnaire, donc, qu’après ces décennies nous reprenons avec la même force et le même enthousiasme. Le Jubilé nous provoque à ce􀆩e ouverture et nous oblige à ne pas négliger l’esprit qui a jailli de Vatican II, celui du Samaritain.
Franchir la Porte Sainte nous engage à faire nôtre la miséricorde du bon Samaritain.

Pape François, le 8 décembre 2015

En relisant ces paroles du Saint‐Père, chacun se rend compte du risque couru cette année, celui d’honorer ce thème de la miséricorde seulement sous la forme du sacrement de la réconciliation (ce qui sera nécessaire), de la piété ou de l’enseignement.
Il faut aller plus loin car il y a urgence ! Combien de souffrances et d’incompréhensions autour de nous ? Combien de situations de précarité ? Notre monde en est rempli : jeunes en recherche de repères, personnes âgées isolées, chômeurs, personnes fragilisées, réfugiés, familles monoparentales… L’Eglise, qui se ressource sans cesse dans la miséricorde, sera davantage appelée à soigner les blessures, à les soulager avec l’huile de la consolation, à les panser.
N’oublions pas que les pauvres sont les destinataires privilégiés de la miséricorde.

P. Philippe Hénaff, curé

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Horaires

Logo Faire un don