Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/Il-y-a-cinquante-an
      Il y a cinquante ans

Il y a cinquante ans

Notre diocèse a aujourd’hui 50 ans et notre département à peu près autant.


Leur création est à comprendre en relation avec l’aménagement de ce que nous appelions alors la Région parisienne. Pour cette mégapole qui ne cessait de grandir, il fallait que les pouvoirs publics pour leur part et l’Église pour la sienne pensent à nouveaux frais l’administration de cet espace. Lycéen, je me souviens que mon père nous avait montré les premiers dessins de ce qu’on appellera le Schéma directeur de la région parisienne. Sur le papier, sans que nous puissions y croire, apparaissaient
le projet des huit villes nouvelles qui devaient élargir Paris. Au moins dans
ses grandes lignes, le schéma a été mis en œuvre. Il y a eu déjà ces grands
ensembles pour accueillir la population venue de province pour travailler à Paris
(rappelons‐nous le livre « Paris et le désert français ») et la population rapatriée d’Algérie.

Et ces villes nouvelles ont vu le jour, dont par exemple Cergy‐Pontoise ou Evry.
Dans le même temps, sur le territoire des anciennes Seine et Seine‐et‐Oise ont été créés sept nouveaux départements. Ceux qui se souviennent comment la Seine‐et‐Oise encerclait Paris et sa proche banlieue savaient bien qu’il fallait rapprocher l’administration de ses administrés de plus en plus éloignés du centre de Paris.
Tout cela fut le fruit de la belle collaboration de grands hommes d’État et de hauts
fonctionnaires, dans une période sans doute encore assez jacobine. Nous pouvons leur rendre hommage.

L’Église était confrontée aux mêmes questions de proximité. Depuis 1935, sous l’égide de l’œuvre du Christ dans la banlieue (devenue les Chantiers du Cardinal), l’Église avait construit de multiples églises. On dit que c’est le général de Gaulle qui obtint du Saint‐Siège de garder la tradition napoléonienne qui identifiait le territoire des départements et ceux des diocèses. Les nouveaux diocèses franciliens furent donc découpés selon les limites des départements nouvellement créés.

Créer un diocèse n’est pas d’abord un acte administratif mais un acte spirituel. Il a fallu choisir des villes cathédrales pour ces nouveaux diocèses, suffisamment à l’image de la population de l’époque et lieux spirituels forts. C’est ainsi, pour nous, que Nanterre fut choisie, ville industrielle et populaire, ville de pèlerinage au lieu de la naissance de sainte Geneviève. Il fallut désigner des évêques à qui confier ces populations. Mgr Jacques Delarue nous fut ainsi donné. Authentique parisien, précédemment formateur de prêtres puis vicaire général en banlieue sud, il eut, jusqu’à épuisement, à instituer ce diocèse, à le distinguer de son grand voisin parisien, à unir le clergé qui venait soit de l’ancien diocèse de Paris, soit de celui de Versailles. Grâce aussi lui soit rendue !
Il faudrait ensuite raconter l’histoire de ces cinquante années qui, pour beaucoup d’entre nous, est notre histoire. Mais il faut surtout penser que notre Région ne cesse de se transformer. L’administration de nos diocèses y répond‐elle ? La question est déjà posée.

Père Guy Rondepierre

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Horaires

Logo Faire un don