Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/Homelie-du-dimanche-25-novembre-2018-Christian-Carol
      Homélie du Christ Roi, dimanche 25 novembre 2018 - Christian (...)

Homélie du Christ Roi, dimanche 25 novembre 2018 - Christian Carol


En ces années 1920, des forces de destruction sont à l’œuvre : montée du nazisme et du communisme, progression de l’athéisme et de la sécularisation. Face à ces forces de destruction, le pape Pie XI institue en décembre 1925 la fête du Christ Roi comme une arme spirituelle. Cette fête vient chaque année clore le cycle de l’année liturgique ; elle en constitue ainsi comme un aboutissement.

Avant de méditer l’évangile, reprenons rapidement les différentes lectures qui sont tout à fait dans la tonalité de cette fête.

Le livre du prophète Daniel parle d’un Fils d’homme qui vient avec les nuées du ciel, à qui il est donné domination, gloire et royauté ; tous les peuples le servent, sa domination est éternelle et sa royauté ne sera pas détruite.
Le psaume 92 nous indique que le Seigneur est roi, que dès l’origine son trône tient bon.
La lecture de l’Apocalypse nous dit que Jésus Christ est le premier-né des morts, le prince des rois de la terre, qu’à lui sont la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles.
A ce stade, nous comprenons bien que cette fête du Christ Roi soit l’aboutissement, le couronnement de l’année liturgique.
Et nous arrivons à l’Évangile selon saint Jean. Et là, le changement de ton est radical.
Plus de vision majestueuse, d’allégories magnifiques. L’Evangile n’indique pas la présence de soldats. Il semble ainsi qu’il n’y ait plus que deux personnes : Jésus, qui vient d’être arrêté et Pilate.

L’Evangile

Méditons maintenant verset après verset ce passage surprenant de l’Evangile. Surprenant car nous fêtons tout de même le Christ Roi.
Deux hommes sont en tête à tête. Un homme enchaîné, un prisonnier, Jésus, et un homme puissant, Pilate. Et tout l’entretien a pour thème la royauté du Christ.
Pilate appelle Jésus et lui dit : « Es-tu le roi des Juifs ? » et Jésus lui répond par une autre question : « Dis-tu cela de toi-même, ou bien d’autres te l’ont dit à mon sujet ? »
Une première remarque : contre toute attente, ce n’est pas Pilate qui mène l’entretien, c’est Jésus. Jésus qui met Pilate face à ses responsabilités. Pense-t-il ce qu’il dit ou répète-t-il ce qu’il a entendu.
Pilate se sent obligé de répondre qu’il n’en sait rien : « Est-ce que je suis juif, moi ? Ta nation et les grands prêtres t’ont livré à moi : qu’as-tu donc fait ? »
Et moi, ce que je dis du Christ, ce que je crois, est-ce juste une répétition de ce que j’ai appris au catéchisme, de mes parents, de rencontres, de mes lectures, ou est-ce que cela vient du plus profond, du plus intime de moi-même.
Jésus effectue ensuite une première mise au point : « Ma royauté n’est pas de ce monde ; si ma royauté était de ce monde, j’aurais des gardes qui se seraient battus pour que je ne sois pas livré aux Juifs. En fait, ma royauté n’est pas d’ici. »
Il est normal que la royauté du Christ soit difficile à appréhender par Pilate, et peut-être aussi par nous. Car cette royauté du Christ n’est pas de ce monde. Il s’agit d’une royauté intérieure, une royauté qui ne fait pas de bruit, qui s’appréhende avec le cœur. Pas de signes ostentatoires, de couronne ou de sceptre. Nous sommes dans le royaume de l’intériorité. Un royaume qu’il faut faire advenir.
Ce royaume advient à chaque fois que nous manifestons une écoute profonde et vraie, vidée de notre moi, à chaque fois que nous regardons notre prochain comme on contemplerait une icône ou un vieux crucifix patinés par le temps, à chaque fois que nous posons un geste de paix ou une demande de pardon, à chaque fois que nous portons avec lui son fardeau, comme Simon de Cyrène portant la croix de notre Seigneur.
Revenons à Pilate qui reste bloqué sur sa question : « Alors, tu es roi ? » En fait, Pilate ne comprend pas grand-chose. Ce dialogue le dépasse complètement. Et moi, suis-je vraiment au clair avec la royauté du Christ ? Ma vision de sa royauté est-elle celle de l’Evangile ou de mes propres convictions non confrontées au souffle de la Parole ?
Jésus répondit : « C’est toi-même qui dis que je suis roi. Moi, je suis né, je suis venu dans le monde pour ceci : rendre témoignage à la vérité. »
Le Christ nous emmène plus loin dans la conception qu’il donne à sa royauté : sa mission est de rendre témoignage, rendre témoignage au Père. Lui, le Roi, s’abaisse, s’efface devant le Père.
Pour illustrer ce propos, reprenons la lettre de St Paul aux Philippiens : Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes.
Nous chrétiens, croyons en un Dieu qui s’est abaissé, qui a pris la condition de serviteur.
Pensons également à l’expérience personnelle qu’a vécu Saint Paul et qui lui a fait écrire dans la deuxième lettre aux Corinthiens : C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure.
Si Jésus-Christ est bien le roi de l’univers, ce que nous fêtons en ce jour, reconnaissons que sa royauté est bien particulière et vivons cette royauté comme lui-même l’a vécue.

Celui qui veut devenir grand parmi vous sera votre serviteur. Celui qui veut être parmi vous le premier sera l’esclave de tous : car le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, et donner sa vie en rançon pour la multitude.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Faire un don

Dans l'Eglise

Eglise catholique des Hauts-de-Seine

Radio Notre-Dame

KTO

Eglise de France

Logo Horaires

newsletter

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour