Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/Homelie-du-15-juin-2014-Pere
      Homélie du 15 juin 2014 - Père Lebouteux

Homélie du 15 juin 2014 - Père Lebouteux

Homélie Sainte Trinité A.
Appelé par son nom


Frères et sœurs,

Au baptême, pour la première fois dans l’Eglise, notre nom a été prononcé. Dieu nous connaît par notre nom, il entre en relation avec nous et nous donne justement d’exister comme personne.

Etre appelé par son nom, c’est être reconnu, lorsque nous faisons connaissance avec quelqu’un, nous donnons notre nom. Ce nom, nous l’avons reçu, de part notre famille qui nous rappelle que nous ne sommes pas notre propre origine et qui nous intègre dans l’histoire de l’humanité, mais aussi par notre prénom qui nous identifie dans nos relations familiales et amicales. Chaque nom représente une histoire unique, on ne peut pas comparer deux noms pour savoir quel est le meilleur. Il est toujours dangereux de vouloir réduire les personnes à des objets sur lesquels on pourrait mettre une étiquette. Le nom qui désigne une personne unique demeure un mystère, toujours digne de respect.

Si Dieu nous connaît ainsi par notre nom, c’est qu’il désire entrer en relation avec chacun.

Il se révèle à nous justement par son Nom : « Je suis Yahvé le Seigneur ». Ce Nom contient et surpasse tous les autres noms, c’est pourquoi on ne peut la traduire et même pas le prononcer. Dans le Judaïsme, il est appelé l’Eternel ou « le Nom ». Il se fait connaître comme un Dieu personnel avec qui nous pouvons entrer en relation. Il se révèle lui-même comme un Dieu en relation : celle du Père avec le Fils dans ce mouvement d’amour qui est l’Esprit Saint. C’est le cœur de notre foi de ce Dieu unique en trois personnes car il est Amour. Pour se faire connaître à nous, il a choisi de se donner totalement et révéler ainsi sa véritable nature. Il n’est ni une idée, ni une invention, ni un moyen pour se rassurer. Il a un Nom et un visage : celui de Jésus sur la Croix.

Un monde sans Dieu devient vite anonyme, il se déshumanise.

Du nom, on bascule vers le chiffre, la quantité. Une personne devient un cas, un dossier, voire un numéro. Une tragique illustration de notre histoire en est donnée par la les camps de ma mort lors de la guerre ou les prisonniers étaient identifiés uniquement par des chiffres. Dans le même ordre d’idée, je suis toujours ému de visiter un cimetière militaire en particulier ceux proches des plages du débarquement. On y voit un alignement de croix blanches, identiques et bien alignées. Mais si l’on s’approche, on y découvre un nom, une origine, une date… Derrière ce signe, il y a une histoire, une famille laissée à des milliers de kilomètres, un drame, des souffrances. Mais sur la croix, il reste le nom, comme si ce nom ne pouvait plus disparaître, car il est justement gravé sur le signe de l’Amour que Dieu a pour tout homme.

Ce « signe qui nous rappelle que Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique ». Souvenez-vous, au calvaire aussi un jeune homme mourait avec un écriteau sur sa croix : « Jésus de Nazareth, Roi des Juifs ».

Au jour de notre baptême, notre nom a été, comme le dit le prophète Isaïe : « gravé sur les paumes de Dieu ». « Heureux êtes-vous » dit Jésus à ses disciples car vos noms sont inscrits dans les Cieux. Le Père ne peut oublier son Fils, et le par le Fils, nous avons accès au Père. Voilà pourquoi nous croyons en un Dieu Trinité, qui nous a créés uniques et par amour, qui entre en relation personnelle avec chacun d’entre nous et qui nous invite à partager sa vie. Cet appel n’est pas une obligation, Dieu ne force personne à vivre avec Lui, nous pouvons aussi le refuser, car la Toute Puissance de Dieu s’arrête devant la liberté de sa créature.

Nous avons été créés pour vivre en communion avec Dieu, c’est ce que nous rappelle le signe de la croix que nous faisons souvent sans trop y penser. Que cet appel de Dieu ne reste pas sans réponse de notre part. Nous n’avons pas le droit de demeurer lointains et indifférents de peur justement de perdre en humanité, et de ne plus savoir qui nous sommes nous-mêmes et de devenir des numéros anonymes. Dieu nous a révélé son Nom et son visage pour nous faire resplendir de sa lumière et de sa joie.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Horaires

Logo Faire un don