Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/Homelie-du-15-decembre-2013-Pere
      Homélie du 15 décembre 2013 - Père Henaff

Homélie du 15 décembre 2013 - Père Henaff

« Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? »


Ces paroles de Jean-Baptiste adressées à Jésus sont troublantes car elles laissent supposer que même Jean- Baptiste, véritable géant de la foi, a été atteint par le doute. Jean-Baptiste s’attendait probablement à ce que le Messie exerce « la vengeance de Dieu », expression utilisée par le prophète Isaïe. Or cette vengeance de Dieu s’exprime dans sa miséricorde infinie manifestée par la présence de Jésus auprès des aveugles, des malades, des pauvres et des pécheurs. Finalement, Jean-Baptiste ne voit rien car il ne sait pas regarder les signes de la présence du Messie.

Jean-Baptiste ne voit rien. En lisant certaines déclarations de personnages publics, je me demande si « ne rien voir » ne serait pas l’autre nom de la laïcité. Mais à quelle laïcité fais-je référence ? Non pas celle qui permet la cohabitation de différentes confessions religieuses dans la société, et qui permet la liberté religieuse avec ses composantes telles que le culte, l’enseignement et l’action caritative. Cette laïcité permettant le pluralisme est d’ailleurs une bonne chose.

Il ne s’agit pas non plus de la laïcité de l’Etat et des services publics signifiant que l’Etat n’est pas inféodé à une religion, qu’il ne s’immisce pas dans les affaires intérieures des religions, et qu’il traite les citoyens sur un pied d’égalité, qu’ils aient une religion ou non. Là encore, on peut considérer que c’est une bonne chose.
Mais lorsqu’on parle de faire de la laïcité une religion séculière il en va tout autrement. Depuis quelques années les médias et les pouvoirs publics parlent beaucoup de la laïcité, mais d’une laïcité quasi religieuse et conquérante au point qu’elle semble vouloir restreindre progressivement l’espace couvert par la liberté de religion. On tend à étendre la laïcité à la société entière, en faisant croire que la laïcité consiste à effacer tout signe religieux et toute conviction religieuse de l’espace public et à confiner la religion dans l’espace privé.

Ma conviction est la suivante : celui qui veut effacer la religion de l’espace public, trouvera-t-il le juste milieu ou bien ne finira-t-il pas par s’attaquer à toute conviction religieuse, fût-elle privée ?

Cette religion publique et laïque serait en fait un retour en arrière selon les termes de Monseigneur Roland Minnerath, archevêque de Dijon qui vient de publier une lettre sur la laïcité. Une religion publique qui recouvre tout, absolument tout, même la sphère spirituelle, inviolable, que nous devons au christianisme, serait un retour aux temps où la liberté de religion n’existait pas.
Dans l’Antiquité, la loi de la Cité se confondait fréquemment avec la religion ; souvenez-vous de la confrontation décrite par Sophocle entre Antigone et Créon : la religion civile permettait de dominer entièrement les hommes.
Et les grands totalitarismes du siècle dernier, qu’étaient-ils donc sinon des systèmes politiques devenus fous à force d’athéisme et se prenant finalement pour des religions séculières ?
Là encore, il n’y avait plus aucune place pour la liberté individuelle.

Nul n’ignore qu’en France depuis la Révolution, il existe un courant visant à éradiquer le christianisme en lui substituant une religion séculière : ce fut le culte de la Raison, le culte de la République cher à Ferdinand Buisson. Ce dernier proposa un véritable culte de la République laïque, avec ses cérémonies, son clergé constitué par le corps enseignant. Ce projet de pseudo religion, une religion aussi vague qu’inconsistante, fut Dieu merci repoussé par certains hommes politiques en 1905 et surtout, la grande guerre l’enterra définitivement. L’ébranlement de la société par cette guerre et la réconciliation des deux France dans les tranchées sonnèrent le glas de ce projet farfelu qui resta dans les cartons.

Et voilà qu’on entend à nouveau parler de la laïcité comme une religion pour la République. Il est vrai qu’il est toujours tentant pour l’Etat d’investir tout le champ de la liberté intérieure pour formater des citoyens manipulables à l’envi, comme le montrent les débats sociétaux en cours où certains courants de pensée ont buté sur les familles et l’Eglise. Comme par hasard, on ne cesse en même temps de nous dire qu’il est nécessaire d’accroître le temps social des enfants par rapport au temps privé. Or les familles et l’Eglise, qui agissent dans ce temps privé, ne sont-elles pas des lieux naturels de transmission ?

La laïcité est une bonne chose, je l’ai dit. Mais quand elle se prend pour une religion, elle risque de devenir une atteinte à la liberté de religion et au pluralisme des visions du monde. Encore une fois je vous le dis : je me demande si celui qui refuse toute expression publique de la religion ne finira pas par vouloir rejeter toute dimension religieuse et tout acte de foi.

Cela dit, ces courants l’emporteront-ils ? Ne sont-ils pas déjà minés par notre époque, la postmodernité, volontiers relativiste et antiautoritaire ? Le temps de la « République des Jules » de la IIIème est déjà loin…

Ne nous laissons pas intimider par les menaces d’un autre âge agitées devant nous. Le christianisme a déjà 2000 ans, il est increvable : il a résisté à toutes les persécutions, assimilations, intimidations. Il continue sa route.

Ne nous lassons pas d’être présents dans la société en vivant notre foi baptismale et en y prenant toute notre place. Ne craignons pas non plus de nous investir dans la vie de la société. Celui que nous attendons, le Verbe fait chair, est la lumière qui déchire les ténèbres. Lui seul nous délie de la crainte de prendre nos responsabilités et d’agir dans la société.

Père Philippe Hénaff

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Horaires

Logo Faire un don