Paroisse de Saint-Cloud
http://paroisse-saintcloud.fr/Combien-de-temps-faut%E2%80%90il-donc-pour-faire-un-pretre
      Combien de temps faut‐il donc pour faire un prêtre ?

Combien de temps faut‐il donc pour faire un prêtre ?

Réponse arithmétique simple : six ans de séminaire ! Oui, mais six années qui m’ont transformé bien plus que je l’aurais imaginé le lundi de septembre 2011 où, pour la première fois, je franchis le portail du séminaire Saint‐Sulpice.


Et pourtant, j’avais déjà 30 ans et je pouvais m’estimer humainement bien assis. Quelle erreur !
Pendant ces six années, par la prière, par l’étude, dans la vie commune et dans l’apprentissage pastoral, j’ai vu s’enrichir l’amitié de Dieu et la connaissance de soi, l’amour de l’Église et la relation aux frères. C’est une belle grâce que le séminaire !
L’affaire semble donc entendue. Mais voilà, six plus un font sept.
Avant le séminaire, il y a ce beau cadeau de l’Église qu’est la maison Madeleine Delbrêl, à Neuilly‐sur‐Seine, année de fondation spirituelle où rien d’autre n’est demandé que de vivre avec le Seigneur rencontré dans l’intime de la prière et dans les joies et les peines de la vie fraternelle.
Toutefois, la fabrication du prêtre que je serai a commencé bien en amont. Le Seigneur a façonné son œuvre dans les trois communautés que j’ai fréquentées avant 2010, l’aumônerie de l’École normale supérieure, la cathédrale de Dresde et la paroisse de Montrouge – sans oublier mon lieu de travail, l’université Paris IV, et ma passion pour la musique. Bref, si demain, je suis prêtre, c’est parce que depuis des années, le Seigneur m’y a conduit. Il faut remonter au moins à mon baptême, reçu à Paris il y a onze ans.
Mais bien avant, le Seigneur prenait soin de ma vie : depuis le jour de ma naissance, à l’insu de moi‐même, le Seigneur a commencé à façonner le prêtre que je serai.
Dilatons encore un peu davantage le temps, car si je deviens prêtre, ce n’est pas pour moi‐même, mais pour servir l’Église et le monde dans le diocèse de Nanterre, aujourd’hui en 2017. Ce diocèse, qui est comme ma seconde famille, fête aujourd’hui son jubilé et de cela, je suis l’héritier, comme je suis l’héritier de saint Denis, évangélisateur de Paris au IIIe siècle, et mêmel’héritier de toute l’histoire de l’Église depuis près de deux mille ans. Pour fabriquer le prêtre que je serai, il aura fallu tout le temps de l’histoire du Salut jusqu’à ce jour.
Et pourtant, une fois ordonné le 24 juin, ce que j’aurai reçu, il me faudra encore
apprendre à le devenir, auprès de mes frères prêtres et de mes frères chrétiens, dans l’espérance d’un ministère fécond. Combien de temps cela prendra‐t‐il ? Dieu le sait : le temps pour faire un prêtre, c’est comme le temps pour faire un saint, c’est le temps de l’éternité.

Philippe Saudraix

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Logo Horaires

Logo Faire un don